Cabinet chiropratique Le Passage d'Agen
Une science, un art, une philosophie

Recherche Scientifique

En tant que chiropracteurs, nous portons une attention toute particulière à la bonne mobilité de votre rachis cervical, et ce pour plusieurs raisons. Tout d'abord, nous connaissons les conséquences d'un dysfonctionnement du rachis cervical supérieur du fait de son implication dans de nombreux réflexes posturaux ( réflexe cervico-occulaire, vestibulo-occulaire en tête ) que sont les maux de têtes, les vertiges, les troubles de l'équilibres etc.

Mais le rachis cervical est aussi connecté aux méninges, et plus précisément à son enveloppe externe appelée dure-mère, par l'intermédiaire du muscle rectus capitis posterior minor ( RCPm ) qui appartient aux muscles sous-occipitaux. 

Les méninges, véritables membranes de protection actives du système nerveux, contiennent le liquide céphalo-rachidien ( LCR ), dont le rôle est de protéger le système nerveux, mais aussi de lui apporter les nutriments nécessaires à son bon fonctionnement tout en drainant ses déchets métaboliques.

Depuis des décennies, les chiropracteurs s'intéressent à la bonne circulation du liquide céphalo-rachidien au sein des cavités osseuses que sont le crâne et la colonne vertébrale, véritables pompes actives du LCR, notamment grâce aux travaux de Major Bertrand Dejarnette, créateur de la Sacro-Occipital Technique ( SOT ).

L'étude ci-jointe démontre que les mouvements de la tête augmentent la circulation du LCR. Ce mécanisme peut donc perturbé par une mauvaise mécanique rachidienne. Alors pour optimiser le fonctionnement de votre système nerveux, n'hésitez pas à faire un dépistage chez votre chiropracteur !

 

 


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion